Expositions

Voir plus

GALERIE SEGUIER

Les trames du possible - septembre 2022

Du 8 au 24 septembre

Amélie du Chalard, épaulée par Johanna Colombatti, commissaire-priseur de formation
et experte en design, ouvrent le troisième chapitre d’une série d’expositions avec
Les Trames du Possible, qui te tiendra du 8 au 24 septembre 2022, chez Amelie Maison d’Art, 18 rue Séguier. Cette nouvelle curation fait suite à deux précédentes expositions autour du design italien et, en 2021, autour de la création contemporaine japonaise.

Cette fois, c’est la thématique de la création contemporaine textile qui est proposée à travers une sélection de 14 femmes artistes dont c’est le médium de prédilection : Nadine Altmayer - Beatrice Cossutti - Aggeliki Dimitriadou - Matilda Dominique - Patricia Kelly - Lizzie Kimbley - Agnes Dosmas Krier - Youngmin Lee - Sanaa Mejjadi - Jessie Mordine - Misako Nakahira - Jessica Ozlo - Taylor KibbyAbigail Booth

Vernissage le jeudi 8 septembre de 18h à 21h

HORS LES MURS

YOU'RE INNOCENT WHEN YOU DREAM

Amelie, maison d'art x BELLE n.m BEAU n.f

Du 15 août au 15 septembre

Nous sommes très heureux de vous présenter cette collaboration avec la galerie arlésienne Belle n.m Beau n.f. 

Venez découvrir les oeuvres de 20 de nos artistes  du lundi au samedi tous les jours de 16h à 20h et sur rendez-vous dans cet endroit plein de charme au 14 rue Grille à Arles ! 

EXPOSITIONS À VENIR

Juliette Lemontey & Guido de Zan - Octobre 2022

Nick Mcphail - Octobre 2022

Victor Cadene - Décembre 2022

Nicolas Lefebvre- Décembre 2022

Photo Saint Germain - Novembre 2022

EXPOSITIONS PASSÉES

En mouvement

En mouvement, une exposition collective de Christophe Dentin, Choun Vilayleck, Jacques Salles, Juliette Vivier et François Kenesi

Du 2 avril au 11 mai 2018

De justes fougues

Entrez, entrez, entrez !

Les jours rallongent, on ouvre à nouveau les fenêtres, un vent frais circule et vivifie. On sent poindre une énergie renaissante et puissante ; l’enthousiasme amorce sa sortie d’hibernation. Avec le printemps frétillent en secret des élans prometteurs, une énergie vitale concentre les promesses des délicieuses heures prochaines.

Ici, cinq visions en mouvement : la magie des vaisseaux de Choun Vilayleck, édifices improbables majestueusement fébriles ; les incarnations de l’air de Jacques Salles comme des poèmes ébouriffés ; les écrins narratifs de Christophe Dentin où ne subsiste que la crème de la mélancolie ; les perturbations bénéfiques de Juliette Vivier où même le déluge est maîtrisé ; et les révélations de l’abstrait d’un paysage qui se dérobe que j’y ajoute. C’est un hub aux destinations dynamiques qui emportent vers des imaginaires remplis d’utopies pourtant bien réelles.

Bride sur le cou, il y a là l’alliance de douces folies avec l’expertise de très fins bâtisseurs. Ces constructions s’imposent délicatement, par la suggestion. Sans les revendiquer bruyamment, on sent là l’inspiration baguenauder vers un ailleurs ardemment positif. L’unique démonstration est dans le pouvoir de l’évocation. Épures de moyens, sobriété des matériaux, palette minimum, exactitude des montages, donnent à ces prises de paroles une irrésistible légèreté. Cinquante ans après mai, voici un condensé d’espoirs qui instaurent des utopies concrètes. Tout cela est fragile, pourtant cela existe comme une victoire sur l’hiver. Cinquante ans après, la nécessité du réveil est toujours présente, comme par nature.

Cinquante ans après, c’est le printemps des élans, la renaissance d’un idéal qui aujourd’hui s’avère être poétique et aérien. Cinquante ans après, comme une nécessité impérieuse, voici de justes fougues.

François Kenesi