Jean Michel Othoniel

Jean Michel Othoniel

C’est le Printemps, il fait beau chaud et on a envie de se balader. Allons contempler les trésors de l’artiste sculpteur Jean Michel Othoniel.

Né en 1964, Jean Michel Othoniel est diplômé de l’Ecole nationale des arts supérieurs de Cergy-Pointoise.
Après le souffre ou la cire, c’est à partir de 1994 qu'il commence à utiliser le verre, qui l’a rendu célèbre. Il expérimente ses propriétés, ses transformations et ses passages d’un état à un autre. Considéré comme un des artistes français contemporains majeurs, il est élu en 2018 à l’académie des beaux-arts après avoir notamment eu une belle rétrospective au Centre Pompidou en 2011. 

Othoniel c’est aussi un studio, composé de 13 personnes et d'un réseau de 60 maîtres verriers dans le monde.  « La beauté du verre, Othoniel la perçoit tout de suite comme la « part maudite » du matériau. Il est très casse-gueule symboliquement, car il est lié au décoratif, à l’utilitaire. Il faut donc lutter contre lui, le dompter tout en se laissant porter: c’est une relation d’amour compliquée ».

C'est à la suite de son passage à la Villa Médicis en 1996 que la dimension architecturale de ses oeuvres apparaît. L'environnement prend alors une place fondamentale dans la réalisation de ses oeuvres et son premier collier est suspendu dans un arbre de la Villa. En 2000, il s'applique à sa première commande publique : celle de la station de métro Palais-Royal-Musée du Louvre - Kiosque des Noctambules - qu'il transforme en cage féérique et devenu depuis une véritable attraction touristique dans le quartier.
D'autres commandes ont suivi et on pourrait presque faire un tour de France des oeuvres d'Othoniel : 

Les Belles Danses, Bosquet du Théâtre d’Eau, Jardins du Château de Versailles, Versailles
Le Trésor, Cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, Angoulême
Le Cœur de l’Hôtel Dieu, Parvis de la Cathédrale, Le Puy-en-Velay
La Rose des vents, Cité Beisson, Aix-en-Provence
Le Belvédère et Les Lanternes de l’île Barbe, in « River Movie », Caluire, Grand Lyon
La Fontaine des cœurs renversés, Jardin Pontevès, Musée international de la parfumerie, Grasse
Les Larmes de couleurs, Parvis du collège Arthur-Rimbaud, Amiens
Le Confident, Square Doyen-Lépine, Tramway de Nice, Nice
Le Mât des Utopistes, station de métro Balma-Gramont, Toulouse
Le Kiosque des Noctambules, Place Colette, Métro Palais-Royal – Musée du Louvre, Paris
Et pour un retour aux sources : il créé pour les 30 ans du musée d'art moderne et contemporain de Saint-Etienne une exposition en quatre points cardinaux « Face à l’obscurité », mais aussi « The Big wave ». 

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire