Gideon Rubin - Amelie, Maison d'art
Gideon Rubin

Gideon Rubin

 

 

« Un curateur a dit que mon travail arrêtait le temps. Je pense que cela vient du fait que nous sommes tous obsédés par nos différences, alors que nous sommes surtout faits de similarités. Ma femme est chinoise de Hong-Kong. Quand j’y ai exposé mes toiles, son père s’est reconnu dans l’une d’elles alors qu’elle était tirée d’une photo de 1935 en Pologne ou en Hongrie. C’est arrivé très souvent. En enlevant quelques détails, aussi infimes soient-ils, les images changent, s’entrecroisent et parlent à tous. » Le peintre Gideon Rubin soulève ici un des grands paradoxes de son travail. L’artiste efface les visages, les détails, les traits de ses portraits. Tout ce qui fait une personne est effacé. Tout ce qui pourrait servir de jalon temporel ou de lieu est évité. Voilà le cœur de la démarche artistique de Gideon Rubin depuis 2001.

 

 

Pourtant, et c’est bien là ce qui est intéressant dans ce travail, cet effacement systématique des visages ouvre une porte. Il n’y a plus de limites à l’interprétation. Plutôt que de représenter des identités spécifiques, chaque spectateur peut reconnaître dans ces portraits un souvenir, une silhouette ou une inspiration précise. Le travail figuratif de Gideon Rubin est donc extrêmement subjectif et frôle l’abstraction.

 

 

À l’occasion de son exposition à la galerie parisienne Karsten Greve, Rubin présente une série de dix toiles, aux formats variés. Plusieurs sources composent ses œuvres : des hommages à certains grands artistes du XXème siècle comme Richard PrincePhilip Guston ou Willem De Kooning, mais il intègre également des détails tirés de vieilles photographies chinées ou trouvées dans de vieux journaux. Il utilise comme support de la toile ou du lin naturel et laisse en blanc certaines parties, intégrant ainsi le fond du tableau à la composition d’ensemble. Rubin aime mélanger les époques, il nous présente par exemple un grand format intitulé Seven Girls in Uniform dans lequel on reconnaît des postures et des tenues qui nous feraient plutôt penser à une inspiration du début du siècle précédent. Mais plus loin on aperçoit de tout petits formats, peints rapidement sur des morceaux de cartons, on croit y deviner la silhouette de Megan Markle et du Prince Harry, une tenue portée par la mannequin Bella Hadid, la coiffure du chanteuse pop, etc. Des représentations qui évoquent les réseaux sociaux, la presse people, l’ultra-contemporanéité.

 

 

Gideon Rubin traverse les époques, les lieux, donnant un support à notre imagination et à notre interprétation. Il interroge aussi intelligemment l’importance que l’on peut accorder à l’apparence. Dans une société dans laquelle nous vivons masqués, dissimulant nos visages au monde, mais où paradoxalement la reconnaissance faciale n’a jamais autant été un sujet d’actualité, la démarche et les questionnements de Rubin sont d’une incroyable pertinence.

 

 

 

Laisser un commentaire

* Nom :
* Email :(non publiée)
   Website: (Url du site http://)
* Commentaire