Anne Commet

Peintures

Biographie et parcours

Anne Commet




Le mode opératoire est toujours le même : arpenter des lieux familiers, les observer de façon répétitive et se souvenir d’eux. Ces paysages fixes, transposés en portrait, construisent une cartographie de territoires intimes. C’est aussi un moyen de raconter leur histoire : un chapitre retrace celle de la Reine Jeanne, crique sauvage totalement dévastée par le feu où la végétation réapparaît petit à petit des cendres et des arbres calcinés. Il y est question de destruction et de renaissance - une manière poétique de témoigner de l’état de la nature et de nous interpeler sur le rapport que nous entretenons avec elle. C’est ce que nous dit Wim Wenders, dans son film, ‘Jusqu’au bout du monde’, en mettant en scène un vieil aborigène qui chante l’histoire de l’endroit où il vit. L’enjeu de ce chant est de maintenir ce morceau de nature vivant et de cette façon de préserver les hommes.


Renoncer à la figuration pour la couleur est un élément constitutif de mon identité créative. L’abstraction permet d’opérer une déconstruction de la réalité pour ne garder qu’un ensemble coloré qui fait appel à la sensation. Comme une image rétinienne, la couleur et le geste révèlent à nouveau le paysage, réduit à l’essentiel. Par ricochet entre technique, sujet et public, une intervention inclusive se met en marche. Le regardeur devient acteur de la construction d’une réalité autre. 


Découvrez l'instantané d'Anne Commet, ici.

Prenez rendez-vous